Depuis toujours,
il y a dans le monde
des hommes et des femmes
qui ont su dire NON
à ce qui leur paraissait inacceptable…
Actes Sud Junior


Retour à la liste des auteurs

Maria POBLETE



Maria POBLETE


Née en 1964 au Chili, MARIA POBLETE est journaliste. Elle est arrivée en France à l’âge de neuf ans, peu après le coup d’Etat du Général Pinochet, et en garde une incandescente révolte intérieure. Après de nombreuses collaborations à des radios nationales françaises (France Info, Radio France Internationale, Europe n° 1) pour lesquelles elle a couvert l’actualité latino-américaine, elle s’est spécialisée dans les sujets de société. Elle travaille pour des magazines grand public et pour des publications spécialisées dans l'enfance, la famille et l'éducation (L'Étudiant, Marie-Claire Enfants...) Elle sait mieux que personne écouter et restituer la parole des gens qu’elle rencontre.

Chez Actes Sud junior, elle est l’auteure dans la collection “Ceux qui ont dit non” de Lucie Aubrac : “Non au nazisme”, Simone Veil : “Non aux avortements clandestins” et Célestin Freinet : “Non à l’ennui à l’école” ainsi que co-auteure de Non à l’intolérance, Non à l’indifférence et Non à l’individualisme.

Son ouvrage, La dictature nous avait jetés là (Actes Sud junior, 2018) est un un récit poignant sur la dictature et l’exil forcé d’une famille chilienne à travers les yeux d’une petite fille, Maria.



La dictature nous avait jetés là



Maria POBLETE
La dictature nous avait jetés là
traduit du français

En 1973, le général Pinochet accède à la présidence du Chili, soutenu par un coup d'état meurtrier. Les années de plomb qui suivent cet événement vont provoquer l'exil de milliers d'opposants chiliens, dont Maria, alors âgée de huit ans, et sa famille. A Lyon, il leur faut tout recommencer : nouvelle langue, nouveau quartier, nouvelle école, nouveaux amis... et inquiétude pour ceux qui sont restés là-bas. Quarante-cinq ans plus tard, Maria se souvient : un récit de vie intime et singulier, une plongée dans le passé où les souvenirs affleurent un par un, avant de s'affirmer dans toute leur puissance bouleversante. 

Célestin Freinet :



Maria POBLETE
Célestin Freinet : "Non à l'ennui à l'école"
traduit du français

Instituteur éclairé et visionnaire, Célestin Freinet s'est battu pour donner aux élèves l'envie d'apprendre en inventant, dans les années 1920/1930, une pédagogie active, où l'élève est encouragé à écrire, à gérer une coopérative scolaire, à travailler en groupe... et à fuir l'ennui des leçons apprises par coeur ! De nombreux enseignants se servent aujourd'hui avec bonheur de la pédagogie Freinet.

Non à l'intolérance



COLLECTIF
Murielle SZAC
Gérard DHOTEL
Bruno DOUCEY
Maria POBLETE
Elsa SOLAL
NIMROD
Non à l'intolérance
traduit du français

Le recueil de nouvelles issu de la résidence Ceux qui ont dit non à Château-Arnoux en 2015. Une révolte collective contre les ravages de l'intolérance.

Lucie Aubrac :



Maria POBLETE
Lucie Aubrac : "Non au nazisme" (NE)
traduit du français

Résistante de la première heure, Lucie Aubrac aura inscrit toute sa vie dans le refus des injustices, et oeuvré pour faire connaître la lutte contre le nazisme.

Simone Veil :



Maria POBLETE
Simone Veil : "Non aux avortements clandestins !" (NE)
traduit du français

Le combat de Simone Veil pour mettre fin aux avortements clandestins, jusqu'à la légalisation de l'IVG en 1975.

Non à l'indifférence



Murielle SZAC
Gérard DHOTEL
Maria POBLETE
Jessie MAGANA
Elsa SOLAL
NIMROD
Non à l'indifférence
traduit du français

Un "non" collectif au fléau de l'indifférence. Six écrivains font résonner leur voix pour réveiller la solidarité. Six nouvelles écrites "à l'unisson" lors d'une résidence quimpéroise.

Non à l'individualisme



COLLECTIF
Murielle SZAC
Gérard DHOTEL
Bruno DOUCEY
Maria POBLETE
Elsa SOLAL
NIMROD
Non à l'individualisme
traduit du français

Six nouvelles autour du thème de la révolte contre l'individualisme, écrites pendant la résidence d'auteurs de la collection Ceux qui ont dit non à Saint-Paul-Trois-Châteaux au printemps 2011. Le harcèlement au travail, le racisme quotidien, la dictature, la misère, une catastrophe naturelle sont autant de fléaux contre lesquels la solidarité peut gagner.