Depuis toujours,
il y a dans le monde
des hommes et des femmes
qui ont su dire NON
à ce qui leur paraissait inacceptable…
Actes Sud Junior

l'actualité de la collection

le 13-08-2018
Un nouveau titre de la collection à paraître le 22 août en librairie.

Parce qu’il refusait une école-caserne, une école de l’ennui et de l’exclusion, Célestin Freinet a bouleversé les pratiques pédagogiques et prouvé que le bonheur pouvait aussi se trouver dans la classe.

 

 

 

 

 

Dans la France des années 20, un jeune instituteur, blessé dans les tranchées, révolutionne la manière d’enseigner, en donnant le désir d’apprendre à ses élèves. Célestin Freinet jette aux orties l’estrade du maître autoritaire, les leçons de morale, l’ennui des leçons apprises par coeur. Son but ? Impliquer tous ses élèves dans les apprentissages, quelle que soit leur origine sociale, les inciter à s’exprimer, à travailler ensemble. Ses méthodes dérangent et se heurtent violemment à l’institution. Qu’importe ! Cette nouvelle pédagogie active, qui porte son nom et a fait la preuve de son efficacité, est aujourd’hui utilisée par de nombreux enseignants. Dans ce roman, écrit à la première personne, Maria Poblete nous fait entrer avec jubilation dans la tête de Célestin, qui, épaulé par sa femme Élise, réinvente le bonheur d’être élève et celui d’enseigner.

 

 

L'AUTEUR


Parce qu’elle sillonne depuis longtemps les salles de classe, comme journaliste spécialisée en éducation et comme romancière pour la jeunesse, Maria Poblete connaît bien ces élèves démotivés qui meurent d’ennui à l’école. Mais elle sait que l’on peut faire autrement, et voue une admiration sans borne au courage de Célestin Freinet, ce visionnaire de l’éducation, dont elle épouse passionnément le combat dans ces pages. Ce roman cultive en nous l’espoir qu’apprendre puisse un jour être un jeu d’enfant.

 

 

Twitter Facebook Google Plus
le 28-06-2018
Hommage à Simone Veil

Un an après sa mort, Simone Veil deviendra, dimanche 1er juillet, la cinquième femme à faire son entrée au Panthéon, aux côtés de son mari, Antoine.
Une occasion de (RE)LIRE, le très beau texte de Maria Poblete "Simone Veil : NON aux avortements clandestins" :
 
 
 
Twitter Facebook Google Plus
le 25-06-2018
Hommage à Lounès Matoub

L'humanité dimanche rend hommage à Lounès Matoub, assassiné le 25 juin 1998 sur une route de Kabylie.

 

Dans son livre LOUNÈS MATOUB NON AUX FOUS DE DIEU, Bruno Doucey fait revivre un homme qui a toujours refusé de se plier à la loi des intégristes musulmans et qui s'est battu pour la liberté des femmes algériennes que l'on essaie, encore davantage aujourd'hui, de cacher et de cloîtrer.

 

   

 

 

Twitter Facebook Google Plus
le 25-06-2018
Hommage à Lounès Matoub

 

EL WATAN

 

 

Les chansons engagées de Matoub, qui de tout temps accompagnent de près l’histoire trouble du pays, sont un refrain permanent des mobilisations citoyennes et de multiples contestations populaires. Pas un rassemblement ne se déroule sans qu’il ne soit rythmé par les célèbres textes contestataires de celui qui incarne au mieux la voix de la colère.

Passé au rang de mythe de son vivant, Matoub Lounès a eu un impact incomparable sur son époque et sur des générations entières. Dès le début de sa carrière, il s’est rapidement imposé comme le chantre de l’amazighité et de la liberté. Une figure artistique incontournable qui n’hésitait pas à franchir la frontière pour s’impliquer directement dans les batailles de son temps et de sa société.

Il n’est jamais à la marge de l’Histoire ; souvent au cœur des événements et parfois acteur dans les soubresauts dramatiques de son monde. Ses textes sont plus que des paroles. Des actes. Ils possèdent un immense pouvoir subversif et une capacité rare à agir sur les consciences. Ses chansons sont entonnées dans chaque mobilisation populaire comme un mot d’ordre qui sert à la fois à galvaniser les foules et à exprimer leurs colères. Lire la suite

À LIRE ÉGALEMENT L'ENTRETIEN DE BRUNO DOUCEY :

 

 

Twitter Facebook Google Plus
le 04-06-2018
Quand des élèves du lycée professionnel Paul Bert de Maison Alfort écrivent à Leonard Peltier !

Ils ont pris faits et causes pour Leonard Peltier, le prisonnier amérindien héros du roman d’Elsa Solal Leonard Peltier, Non au massacre du peulpe indien. Après plusieurs rencontres et ateliers d’écriture avec Elsa Solal, voici deux des lettres qu’ils ont adressées au prisonnier, injustement incarcéré depuis 1976. Bravo à eux et à leurs deux professeures, Christine Rossignol, enseignante de français et Géraldine Carré, professeure-documentaliste.

 

      

 

→ Lettre 1

→ Lettre 2

 

 

Twitter Facebook Google Plus